21ème festival du film français de Manille

Le 8 juin en fin de journée, s’ouvrira le 21ème festival du film français. Gageons que cette nouvelle édition permettra de mettre une nouvelle fois en valeur la grande proximité de la création cinématographique entre nos deux pays.

JPEG - 235.9 ko
(JPEG - 235.9 ko)

Le film Mon Roi de Maïwenn Le Besco sera projeté lors de l’inauguration, en présence de l’actrice philippine, Jaclyn José, lauréate de la Meilleure interprétation féminine au Festival de Cannes cette année.

Tout au long de la semaine qui suivra sera projetée une sélection de films français récents, sortis courant 2015 dans les salles parisiennes, un programme divers allant de la comédie romantique au drame, du documentaire à l’action.

Depuis 20 ans, le festival du film français a en effet pour ambition d’offrir un aperçu de la société française au public philippin, permettant une appréciation des traditions et des valeurs qui fondent et caractérisent la société française, en même temps qu’une meilleure compréhension des questions ou défis qui se posent à elle.

Cette manifestation est donc devenue au fil des ans un rendez-vous annuel des cinéphiles de la capitale, pour une audience en quête d’une alternative à la programmation hollywoodienne des cinéplexes de la ville.

Le festival du film français est, au-delà, une occasion annuelle de célébrer la vitalité de la coopération culturelle entre la France et les Philippines, dans le secteur du cinéma où nos deux pays partagent une passion commune et des talents de premier rang. Malgré l’atomisation de la cinéphilie et du goût critique, une parole, jusque-là plus retenue, semble être libérée et cette 21ème édition portera, cette année encore, cette parole d’amitié et de coopération entre nos deux pays.

Chacun à leur façon, les cinémas de nos deux pays ont tracé de nouvelles voies, ou continué à signer des films reflets de leur société. Dans les deux cas, avec un bonheur comparable au sommet de leur art, les créateurs ont partagé leurs obsessions récurrentes qui tracent leur sillon. Ces deux cinémas sont aussi un artisanat où l’on apprend à décrire la société et les hommes qui la composent et que l’on maîtrise pour donner un sens à la création.

Ces cinéastes qui font l’actualité de la création prennent quelquefois des risques, cherchent souvent une nouvelle manière de raconter une histoire, en adéquation étroite avec les situations sociales et humaines.

Nous le constaterons cette fois avec encore plus d’acuité, le 12 juin, jour de la fête nationale philippine, moment de partage où le festival rendra hommage au cinéma philippin par la projection de films philippins ayant été sélectionnés – et récompensés – dans les festivals internationaux en France, comme Imbisibol au Festival du film asiatique de Vesoul, et Manang Biring au festival international du film d’Animation à Annecy.

Dernière modification : 06/06/2016

Haut de page