23ème Festival du film français aux Philippines [en]

Afin d’offrir aux cinéphiles, cette année encore, le meilleur du cinéma français contemporain et classique, la 23ème édition du Festival du film français aux Philippines vous propose 21 films aux thèmes variés allant de la comédie romantique au drame, en passant par le documentaire, l’animation et le film d’action.

JPEG - 839.4 ko

En cette année du centenaire de la naissance du réalisateur Jean-Pierre Melville, maître du film noir français, une rétrospective de ses films sera également présentée.

Enfin, à l’occasion de la fête nationale philippine, le 12 juin, le festival rendra hommage au cinéma philippin par la projection de trois films philippins des réalisateurs Raymond Red et Zig Dulay, récompensés en France, au Festival de Cannes et au Festival du film asiatique de Vesoul.

Le Festival de film français se déroulera à Metro Manila aux dates suivantes :

- du 6 au 12 juin 2018 – Greenbelt 3 cinemas, Makati City
- du 8 au 12 juin, 2018 – Bonifacio High Street cinemas, Central Square, Taguig
- les 10 et 11 juin 2018 – UP Town Center cinemas, Quezon City

Il se tiendra par ailleurs pour la première fois à Davao les 21 et 22 juin (Abreeza Mall, Davao City), avant de se poursuivre à Cebu du 25 au 27 juin (Ayala Center, Cebu City).

Tarif : Pour Metro Manila, 150 pesos la séance (vente au guichet des cinémas avec possibilité de réserver en ligne sur www.sureseats.com). Pour Davao et Cebu, entrée gratuite.

Le 23ème Festival du film français aux Philippines est présenté par l’Ambassade de France aux Philippines, l’Institut français, UniFrance, l’Alliance française de Manille, l’Alliance française de Cebu, et le Film Development Council of the Philippines, en coopération avec Ayala Malls Cinemas, SSI Group, Inc., et Central Square.

Pour toute question, contactez-nous à frenchfilmfest@gmail.com ou au 0966-389-9119.

Programme des séances

JPEG
JPEG

PDF - 336.7 ko
23ème Festival du film français (Manille) - programme des séances (version accessible)
(PDF - 336.7 ko)
PDF - 315.6 ko
23ème Festival du film français (Davao et Cebu) - programme des séances (version accessible)
(PDF - 315.6 ko)

La sélection des films

Cézanne et moi (Cézanne and I) (2016)
Réalisateur : Danièle Thompson

Ils s’aimaient comme on aime à treize ans : révoltes, curiosité, espoirs, doutes, filles, rêves de gloire, ils partageaient tout. Paul est riche. Emile est pauvre.

Ils quittent Aix, « montent » à Paris, pénètrent dans l’intimité de ceux de Montmartre et des Batignolles. Tous hantent les mêmes lieux, dorment avec les mêmes femmes, crachent sur les bourgeois qui le leur rendent bien, se baignent nus, crèvent de faim puis mangent trop, boivent de l’absinthe, dessinent le jour des modèles qu’ils caressent la nuit, font trente heures de train pour un coucher de soleil...

Aujourd’hui Paul est peintre. Emile est écrivain. La gloire est passée sans regarder Paul. Emile lui a tout : la renommée, l’argent, une femme parfaite que Paul a aimé avant lui.

Ils se jugent, s’admirent, s’affrontent. Ils se perdent, se retrouvent, comme un couple qui n’arrive pas à cesser de s’aimer.

Django (2016)
Réalisateur : Étienne Comar

En 1943 pendant l’occupation allemande, le tsigane Django Reinhardt, véritable “guitare héros”, est au sommet de son art. Chaque soir il fait vibrer le tout Paris aux Folies Bergères avec sa musique swing alors qu’en Europe, ses frères sont pourchassés et massacrés. Lorsque la propagande allemande veut l’envoyer à Berlin pour une série de concerts, il sent le danger et décide de s’évader en Suisse aidé par une de ses admiratrices, Louise de Klerk. Pour passer, il se rend à Thonon-les-Bains, sur les bords du lac Léman, avec sa femme enceinte, Naguine et sa mère Negros. Mais l’évasion est plus compliquée que prévue, Django et ses proches se retrouvent plongés dans la guerre. Pendant cette période dramatique, il n’en demeure pas moins un musicien exceptionnel qui résiste avec sa musique, son humour, et qui cherche à approcher la perfection musicale...

Épouse-moi mon pote (Marry Me, Dude) (2017)
Réalisateur : Tarek Boudali

Yassine, jeune étudiant marocain vient à Paris faire ses études d’architecture avec un visa étudiant. Suite à un événement malencontreux, il rate son examen, perd son visa et se retrouve en France en situation irrégulière. Pour y remédier, il se marie avec son meilleur ami. Alors qu’il pense que tout est réglé, un inspecteur tenace se met sur leur dos pour vérifier qu’il ne s’agit pas d’un mariage blanc…

Louise en Hiver (Louise by the Shore) (2016)
Réalisateur : Jean-François Laguionie

À la fin de l’été, une vieille dame voit le dernier train de la saison quitter la petite station balnéaire de Biligen sans elle. La ville est désertée. Le temps rapidement se dégrade, les grandes marées d’équinoxe surviennent, condamnant maintenant électricité et moyens de communication. Fragile et coquette, bien moins armée que Robinson, Louise ne devrait pas survivre à l’hiver.

Orpheline (Orphan) (2016)
Réalisateur : Arnaud des Pallières

Portrait d’une femme à quatre âges de sa vie. Petite fille de la campagne, prise dans une tragique partie de cache-cache. Adolescente ballottée de fugue en fugue, d’homme en homme, puisque tout vaut mieux que le triste foyer familial. Jeune provinciale qui monte à Paris et frôle la catastrophe. Femme accomplie enfin, qui se croyait à l’abri de son passé. Quatre actrices différentes (Adèle Haenel, Adèle Exarchopoulos, Solène Rigot, Vega Cuzytek) incarnent une seule et même héroïne.

Personal Shopper (2016)
Réalisateur : Olivier Assayas

Maureen, une jeune américaine à Paris, s’occupe de la garde-robe d’une célébrité. C’est un travail qu’elle n’aime pas mais elle n’a pas trouvé mieux pour payer son séjour et attendre que se manifeste l’esprit de Lewis, son frère jumeau récemment disparu. Elle se met alors à recevoir sur son portable d’étranges messages anonymes…

Polina, danser sa vie (Polina) (2016)
Réalisateur : Angelin Preljocaj, Valérie Müller-Preljocaj

Russie, dans les années 90. Portée depuis l’enfance par la rigueur et l’exigence du professeur Bojinski, Polina est une danseuse classique prometteuse.

Alors qu’elle s’apprête à intégrer le prestigieux ballet du Bolchoï, elle assiste à un spectacle de danse contemporaine qui la bouleverse profondément. C’est un choc artistique qui fait vaciller tout ce en quoi elle croyait.

Elle décide de tout quitter et rejoint Aix-en-Provence pour travailler avec la talentueuse chorégraphe Liria Elsaj et tenter de trouver sa propre voie.

La Prière (The Prayer) (2018)
Réalisateur : Cédric Kahn

Thomas a 22 ans. Pour sortir de la dépendance, il rejoint une communauté isolée dans la montagne tenue par d’anciens drogués qui se soignent par la prière et le travail. Il va y découvrir l’amitié, la règle, l’amour et la foi…

Rock’n Roll (2017)
Réalisateur : Guillaume Canet

À 43 ans, Guillaume Canet a tout pour être heureux. Pourtant, sa vie de famille avec Marion, son fils, sa maison de campagne, ses chevaux lui donnent une image ringarde et plus vraiment sexy... Guillaume a compris qu’il y a urgence à tout changer. Et, pour y parvenir il va aller loin, très loin, sous le regard médusé et impuissant de son entourage.

Seuls (Alone) (2014)
Réalisateur : David Moreau

Leila, 16 ans se réveille en retard comme tous les matins. Sauf qu’aujourd’hui il n’y a personne pour la presser. Où sont ses parents ? Elle prend son vélo et traverse son quartier, vide. Tout le monde a disparu. Se pensant l’unique survivante d’une catastrophe inexpliquée, elle finit par croiser quatre jeunes : Dodji, Yvan, Camille et Terry. Ensemble, ils vont tenter de comprendre ce qui est arrivé, apprendre à survivre dans leur monde devenu hostile... Mais sont-ils vraiment seuls ?

Taxi 5 (2018)
Réalisateur : Franck Gastambide

Sylvain Marot, super flic parisien et pilote d’exception, est muté contre son gré à la Police Municipale de Marseille. L’ex-commissaire Gibert, devenu Maire de la ville et au plus bas dans les sondages, va alors lui confier la mission de stopper le redoutable « Gang des Italiens », qui écume des bijouteries à l’aide de puissantes Ferrari. Mais pour y parvenir, Marot n’aura pas d’autre choix que de collaborer avec le petit-neveu du célèbre Daniel, Eddy Maklouf, le pire chauffeur VTC de Marseille, mais le seul à pouvoir récupérer le légendaire TAXI blanc.

Une Vie (A Woman’s Life) (2015)
Réalisateur : Stéphane Brizé

Normandie, 1819. A peine sortie du couvent où elle a fait ses études, Jeanne Le Perthuis des Vauds, jeune femme trop protégée et encore pleine des rêves de l’enfance, se marie avec Julien de Lamare. Très vite, il se révèle pingre, brutal et volage. Les illusions de Jeanne commencent alors peu à peu à s’envoler.

Voyage à travers le cinéma français (A Journey Through French Cinema) (2016)
Réalisateur : Bertrand Tavernier

Ce travail de citoyen et d’espion, d’explorateur et de peintre, de chroniqueur et d’aventurier qu’ont si bien décrit tant d’auteurs, de Casanova à Gilles Perrault, n’est-ce pas une belle définition du métier de cinéaste que l’on a envie d’appliquer à Renoir, à Becker, au Vigo de l’Atalante, à Duvivier, aussi bien qu’à Truffaut ou Demy. A Max Ophuls et aussi à Bresson. Et à des metteurs en scène moins connus, Grangier, Gréville ou encore Sacha, qui, au détour d’une scène ou d’un film, illuminent une émotion, débusquent des vérités surprenantes. Je voudrais que ce film soit un acte de gratitude envers tous ceux, cinéastes, scénaristes, acteurs et musiciens qui ont surgi dans ma vie. La mémoire réchauffe : ce film, c’est un peu de charbon pour les nuits d’hiver.

Yves Saint Laurent (2014)
Réalisateur : Jalil Lespert

Paris, 1957. A tout juste 21 ans, Yves Saint Laurent est appelé à prendre en main les destinées de la prestigieuse maison de haute couture fondée par Christian Dior, récemment décédé. Lors de son premier défilé triomphal, il fait la connaissance de Pierre Bergé, rencontre qui va bouleverser sa vie. Amants et partenaires en affaires, les deux hommes s’associent trois ans plus tard pour créer la société Yves Saint Laurent. Malgré ses obsessions et ses démons intérieurs, Yves Saint Laurent s’apprête à révolutionner le monde de la mode avec son approche moderne et iconoclaste.

Centenaire Jean-Pierre Melville

24 heures dans la vie d’un clown (24 Hours in the Life of a Clown) (1946)
Une journée du clown Béby et de son partenaire Maïss. Entre deux spectacles, les compères trouvent l’inspiration de leurs gags dans la rue et les reproduisent le soir sur scène.

Le Silence de la mer (1948)
Sous l’occupation dans un quelconque village de France, un vieil homme vit seul avec sa nièce. Un soir entre un officier allemand, Werner von Ebrennac, qui vient occuper la chambre réquisitionnée. Il s’excuse, demande le chemin. La jeune fille le conduit sans répondre. Les jours passent. Chaque soir, sous prétexte de se chauffer auprès de la cheminée, Werner rend visite à ses hôtes, toujours silencieux. Il leur expose sa manière d’entrevoir la collaboration franco-allemande, parle musique, littérature, politique. La jeune fille paraît intéressée, mais reste muette. Au cours d’une permission passée à Paris, Werner rencontre ses compatriotes des services politiques ; pour eux la collaboration n’est qu’un appeau pour mieux tenir la France sous le joug. De retour chez ses hôtes, Werner leur demande d’oublier ce qu’il leur a dit et leur annonce son départ pour le front russe. La jeune fille exhale un adieu qui est tout un symbole.

Bob Le Flambeur (1956)
Bob s’est retiré des affaires pour se consacrer à son unique passion, le jeu. Le fils d’un de ses amis, Paulo, a pour Bob une admiration sans borne. Un soir, Bob fait la connaissance d’une jeune fille, Anne, qui, faute d’argent, est sur le point de se livrer à la prostitution. Bob lui propose de la recueillir dans son logement. Paulo, son jeune ami, ne tarde pas à s’intéresser à cette jeune protégée qui devient très vite sa maîtresse...

Léon Morin, Prêtre (Léon Morin, Priest) (1961)
Durant l’occupation, dans une ville de province, la jeune veuve de guerre d’un juif communiste, mère d’une fillette, défie un prêtre sur le terrain de la religion. Certaine de sa rhétorique, les réponses du prêtre la déconcertent pourtant. Peu à peu, elle perd pied. Chaque nouvelle rencontre avec ce prêtre la rapprochera de la conversion. Sa résistance cédera devant le travail de la grâce. Une amie lui ouvrira involontairement les yeux sur l’une des raisons de sa conversion : l’Abbé Morin est beau.

Le Doulos (Doulos : The Finger Man) (1961)
En langue verte, Doulos signifie chapeau. Porter le chapeau, c’est être un mouchard. Seuls, les « doulos » intelligents vivent vieux. Et mieux vaut pour eux n’avoir pas d’amis. Le « doulos » qui a deux amis, l’un policier, l’autre truand, se rend la vie impossible. C’est ce qui arrive à Cilien, brave garçon sans aucun principe moral, qui joue sur les deux tableaux mais a le malheur de s’être pris d’amitié pour Maurice, malfrat sans scrupules et pas malin, en même temps que pour Salignari, inspecteur individualiste qu’il renseigne le cas échéant et dont il reçoit une certaine protection. Maurice sort de prison, après quatre ans passés à l’ombre. Il a perdu la main, mais il lui faut « travailler ». Il commence par commettre l’erreur de tuer Gilbert, receleur qui l’a recueilli, mais qui a autrefois tué sa femme pour l’empêcher de parler, et le pille. Puis il va consciencieusement faire son « casse ». Manque de chance : quelqu’un les a « donnés » et Salignari survient, tout seul. Maurice l’abat. Blessé, il est recueilli par Cilien et Jean. Mais les camarades de « Sali » essaient de faire parler Cilien qui, pour jeter du lest, indique où s’emparer de Maurice. Celui-ci se croit trahi. Il ne reste plus à Cilien qu’à « fabriquer » pour innocenter Maurice des coupables qui ne parleront pas - et pour cause. Après ce qu’il appelle sa « dernière Bonne Action », Cilien espère se retirer des affaires. Mais le destin est déjà en marche et, pour Maurice et lui, ce sera la mort.

L’Armée des ombres (Army of Shadow) (1969)
Octobre 1942. "Ingénieur distingué des Ponts et Chaussées, soupconné de pensée gaulliste, semblant jouir d’une certaine influence", Philippe Gerbier est interné dans un camp français puis transféré au quartier général de la Gestapo de l’hotel Majestic à Paris. Il s’en évade en tuant une sentinelle. A Marseille il est chargé avec Félix et "le Bison" d’exécuter Dounat qui les a trahi. Jean-François, un ancien copain de régiment de Félix entre dans le réseau et réussit sa première mission : livrer un poste émetteur à Malthilde, membre du réseau de Paris. Il en profite pour rendre visite à son frère, Luc Jardie, grand bourgeois rêveur qui en réalité dirige tout le réseau. Gerbier qui se cache à Lyon sous le nom de Roussel organise l’embarquement de 8 personnes à bord d’un sous- marin pour l’Angleterre, parmi eux Luc Jardie. Pendant ce temps Felix arreté par la Gestapo lyonnaise est torturé. Malthilde gr ce à un actucieux stratagème réussit à s’introduire, avec "le Bison" et Lemasque dans le Q.G de la Gestapo. Hélas il est trop tard, Félix est mourant. Jean-François qui s’était fait arreter volontairement pour prévenir Félix est lui aussi torturé. Gerbier, arreté au cours d’une rafle est condamné à mort. Mathilde réussira à le sauver en extremis. Alors qu’il se fait oublier dans une planque, Jardie lui annonce l’arrestation de Mathilde ; elle avait commis la faute de garder sur elle la photo de sa fille qu’elle adore, aussi les Allemands en font un moyen de pression. Prétendant reprendre des contacts, Mathilde est relachée. Jardie démontre qu’il n’y a qu’une seule solution, la tuer et va même jusqu’à prouver que c’est elle- même qui le demande. Dans une rue proche de l’Etoile, elle s’effondrera sous les balles de "le Bison".

Le Cercle rouge (The Red Circle) (1970)
Corey, un malfaiteur incarcéré à la centrale des Beaumettes, est libéré ; un de ses gardiens, avant qu’il ne soit rel ché, lui a proposé une affaire : dévaliser une bijouterie, place Vend me. Ailleurs, dans le train bleu, le commissaire principal Mattei, transfére de Marseille à Paris Vogel. Trompant la vigilance de son gardien, Vogel réussit à s’échapper et à trouver refuge dans le coffre de la voiture de Corey. Les deux hommes se lient d’amitié...

Hommage au cinéma philippin

Anino (Shadows) (2000)
Réalisateur : Raymond Red

A down and out church photographer, hungry and penniless, wanders from the church, through the shadows of the imposing city and clashes with its various mysterious characters.

Himapapawid (Manila Skies) (2009)
Réalisateur : Raymond Red

Manila Skies is the story of a desperate, simple man from the countryside trying to make a living in the metropolis of Manila. He keeps stumbling as he moves from one ’station of the cross’ to another. In desperation, he joins an amateur gang plotting a heist, to get even with a corrupt employer. This ultimately goes wayward and ends in devastation. Further hounded by guilt that his father is helplessly ill, he draws his last straw and plots the insane hijacking of a plane to finally take him to his ultimate destination - home or hell.

Bagahe (The Baggage)
Réalisateur : Zig Dulay

Bagahe tells the story of an OFW, Mercy Agbunag. As the whole family celebrates her homecoming, NBI agents appear at the doorstep to invite Mercy to join them for an investigation of a case about a newborn child thrown into a trash bin of an airplane toilet, and she is believed to be a suspect. As Mercy undergoes a rigid examination of testimonies and pieces of evidence, she is turned over to different social entities – police, hospital, shelter, media, church, and bureaucrats. What unfolds is the whole truth behind a mother who is abused, and the measures in which she is taken care of by her motherland.

Dernière modification : 28/06/2018

Haut de page