COP 21 : un succès franco-philippin

Au cours de l’année écoulée marquée par tant de drames humains, le succès de la COP21, grande Conférence internationale sur le Climat tenue à Paris en décembre dernier, a constitué pour l’humanité toute entière une profonde source de satisfaction en même temps qu’une raison d’espérer en un avenir meilleur.

JPEG

La conclusion de l’Accord de Paris a en effet créé un précédent historique : pour la première fois, l’ensemble des membres de la communauté internationale se sont mis d’accord pour mettre de côté leurs intérêts particuliers et doter le monde d’un cadre juridique ambitieux, contraignant et universel, qui créera des obligations nouvelles et donnera enfin à l’humanité les moyens de lutter efficacement contre le dérèglement climatique et ses effets.

Il était temps, car, comme nous le savons ici aux Philippines peut-être plus qu’ailleurs, il y a urgence à agir. Grâce à l’Accord de Paris, nous avons donc à présent les moyens de le faire.

Cet important succès est d’abord celui de la présidence française de la COP21, qui n’a pas ménagé ses efforts depuis près d’un an pour parvenir à ce résultat, mais c’est surtout un succès collectif, rendu possible par l’engagement actif de très nombreux pays, au premier rang desquels bien sûr les Philippines.

Troisième pays au monde le plus exposé au effets du dérèglement climatique selon les Nations unies, les Philippines ont développé depuis plusieurs années sur ce sujet une approche volontariste et constructive, en se dotant d’un arsenal législatif destiné à permettre à l’archipel de lutter contre le dérèglement climatique et de faire face à ses effets, et en témoignant sur la scène internationale des effets du dérèglement climatique et de la nécessité d’une plus grande solidarité internationale pour y faire face.

C’est pourquoi, très tôt, la France a voulu saluer cette approche particulière en associant très étroitement les autorités philippines à la préparation de la COP21. Entre nos deux pays s’est noué sur ce sujet un véritable partenariat, symbolisé notamment par le lancement conjoint de « l’Appel de Manille à l’action pour le climat », à l’occasion de la visite d’Etat qu’a effectuée le Président de la République aux Philippines les 26 et 27 février 2015.

A bien des égards, cet acte fondateur a marqué le coup d’envoi de la mobilisation internationale en faveur de la préparation de la COP21. C’est bien dans cet esprit que le Président de la République avait conçu sa visite aux Philippines, le premier des déplacements internationaux qu’il a effectués tout au long de l’année 2015 sur les enjeux climatiques, avec le souci d’être au plus près des populations d’ores et déjà affectées par le dérèglement climatique et ses effets. N’avait-il pas ainsi dit alors aux habitants de Guiuan, si durement meurtris par le passage du super typhon Haiyan en novembre 2013, qu’il aurait à l’esprit leurs visages, au moment d’ouvrir la COP21 et d’appeler les négociateurs du monde entier à conclure un accord à la hauteur des enjeux ?

Depuis lors, les autorités et la société civile philippines se sont de leur côté ardemment mobilisées pour contribuer à ce que la Conférence de Paris sur le climat atteigne cet objectif.

Les autorités philippines ont pris une part active aux différentes phases de négociation et d’élaboration du texte de l’accord. Sous la houlette de la commission philippine du changement climatique et dans un échange permanent avec les organisations de la société civile philippine, elles ont argumenté auprès de la présidence française de la COP21 et avec le soutien de cette dernière pour qu’un certain nombre de points prioritaires soient bien inclus dans la version finale du texte de l’accord : prise en compte des problématiques des droits humains et de la justice climatique, mention de l’objectif de long terme d’une limitation de la hausse des températures à un maximum de +1,5°C, etc. Au-delà, elles ont assuré une présidence active du Forum de la vulnérabilité climatique, instance qui rassemble les pays les plus vulnérables aux effets du dérèglement climatique, pour témoigner de la réalité vécue par les populations de ces pays et faire en sorte que celle-ci soit prise en compte dans la négociation menée à Paris.

Ainsi que cela ressort du contenu de l’Accord de Paris, les autorités philippines ont, sur tous ces points, obtenu gain de cause. Elles y sont parvenues en étant également portées par le formidable élan de mobilisation de la population philippine en faveur du succès de la COP21.

Sensibilisés de longue date aux effets néfastes du changement climatique, nombreux ont en effet été les Philippins et les Philippines désireux de marquer leur attachement à la lutte contre le dérèglement climatique et ses effets. Il suffit, pour s’en rendre compte, de se remémorer la forte affluence constatée aux différents événements organisés par l’Ambassade durant ces derniers mois pour sensibiliser l’opinion publiques aux enjeux de la COP21, et notamment aux conférences, projections de film, concert et course à vélo organisés en octobre dans le cadre de la semaine spéciale « COP21 : The road to Paris starts in Manila ». De même, il faut saluer l’impressionnant résultat de la campagne #NowPH lancée par la commission nationale philippine de la Jeunesse, qui a vu pas moins de 3,6 millions de jeunes Philippins marquer publiquement leur souhait de s’engager concrètement pour la protection du climat et de voir la communauté internationale conclure un accord ambitieux lors de la COP21.

Sensibilisés de longue date aux effets néfastes du changement climatique, nombreux ont en effet été les Philippins et les Philippines désireux de marquer leur attachement à la lutte contre le dérèglement climatique et ses effets. Il suffit, pour s’en rendre compte, de se remémorer la forte affluence constatée aux différents événements organisés par l’Ambassade durant ces derniers mois pour sensibiliser l’opinion publiques aux enjeux de la COP21, et notamment aux conférences, projections de film, concert et course à vélo organisés en octobre dans le cadre de la semaine spéciale « COP21 : The road to Paris starts in Manila ». De même, il faut saluer l’impressionnant résultat de la campagne #NowPH lancée par la commission nationale philippine de la Jeunesse, qui a vu pas moins de 3,6 millions de jeunes Philippins marquer publiquement leur souhait de s’engager concrètement pour la protection du climat et de voir la communauté internationale conclure un accord ambitieux lors de la COP21.

Si tel a bien été le résultat de la Conférence de Paris sur le climat, il est probable que l’exemplarité de la coopération entre la France et les Philippines dans sa préparation et la très forte mobilisation de la société philippine y ont très nettement contribué.

Sur cette base, il nous faut aborder l’année 2016 et les premières étapes de la mise en œuvre de l’Accord de Paris dans le même esprit, en demeurant, Français et Philippins, solidaires et mobilisés pour faire face ensemble au défi climatique et bâtir pour nos deux peuples les conditions d’un avenir meilleur, durable et plus sûr.

Dernière modification : 31/03/2016

Haut de page