Chroniques philippines : Noël aux Philippines

JPEG - 539.5 ko
(JPEG - 539.5 ko)

Quoi de plus normal, en ce début décembre, que de s’interroger sur la manière dont la fête de Noël est célébrée aux Philippines ? Encore qu’une telle réflexion soit presque tardive, compte-tenu des standards locaux, qui font qu’aux Philippines la saison de Noël démarre dès le 1er septembre !

Cette particularité suffit à elle seule à souligner toute l’importance qu’attachent les Philippins à la fête de Noël. D’abord célébrée dans l’archipel majoritairement catholique pour sa dimension religieuse éminente, elle constitue aussi une occasion privilégiée pour les familles et les amis de se retrouver et de se rassembler, dans l’observance de traditions locales forgées au fil du temps, pour certaines directement nourries des influences culturelles espagnole, américaine et chinoise.

JPEG - 20.9 ko
© Rafael Zulueta (JPEG - 20.9 ko)

Alors que les rues et les habitations se parent de décorations dès les mois d’octobre et de novembre, les églises s’animent tout particulièrement en décembre, quand débute le 16 du mois un cycle de neuf jours connu sous le nom de Simbang Gabi, durant lequel sont célébrées très tôt le matin des messes destinées à préparer l’annonce de la naissance du Christ. Certains fidèles particulièrement dévots mettent un point d’honneur à assister à chacune de ces messes, rituellement suivies d’une collation connue sous le nom de painit, où sont dégustés différents gateaux de riz (puto bumbong et bibingka essentiellement) et bus des breuvages chauds (café, chocolat chaud ou encore salabat, une infusion à base de gingembre).

PNG - 66.2 ko
(PNG - 66.2 ko)

Parallèlement, durant cette période, les enfants ont coutume de se rassembler en petits groupes pour aller de maison en maison chanter des chants de Noël particulièrement connus aux Philippines, tels que « Ang Pasko ay Sumapit » (« Noël est arrivé ») et « Sa maybahay ang aming bati » (« Nous voulons souhaiter un joyeux Noël à toute la maisonnée »). Connue sous le nom de pangangaroling, cette tradition permet aux petits chanteurs de se voir offrir un peu d’argent par les différents foyers ainsi visités.

C’est également la période ou a cours l’Aguinaldo, coutume en vertu de laquelle l’on reçoit de sa parentèle ainsi que le cas échéant de son employeur des cadeaux ou des sommes d’argent, au cours de réunions festives spécialement organisées à cette fin.

Tout aussi répandue parmi les Philippins à ce moment-là est la pratique du Monito/Monita, dans le cadre de laquelle les groupes d’amis décident de s’échanger des cadeaux, après avoir convenu entre eux du thème, du budget et du nombre de cadeaux ainsi offerts. Seule inconnue, non sans influence bien sûr sur l’attrait particulier qu’exerce cette pratique chez nombre de jeunes Philippins : l’identité de la personne à qui l’on destine son cadeau, jalousement gardée jusqu’à leur remise collective !

JPEG - 6.5 ko
© Erik de Castro

La nuit de Noël, comme partout dans le monde, les fidèles philippins se rassemblent à minuit dans les églises pour une messe célébrant la naissance du Christ, la Misa de Gallo.

A son issue, chacun s’en retourne chez soi avec ses proches, pour réveillonner. Au cours de cette Noche Buena, les plats partagés par les convives se doivent généralement de respecter une tradition directement inspirée de la culture chinoise, en évoquant la rondeur, synonyme autant que présage de chance et d’abondance : queso de bola (boules de fromage ceintes de paraffine rouge), gâteaux de riz, hamon (jambon de Noël), corbeilles de douze fruits ronds symbolisant chacun le bonheur espéré pour les douze mois suivants, etc. Sont également la plupart du temps servies des pâtes et des nouilles, symboles comme en Chine de longévité, ainsi bien sûr que l’incontournable lechon.

Le 25 décembre, les familles philippines ont pour coutume de se réunir, en rendant visite aux parents âgés ou plus éloignés. A cette occasion, il est d’usage pour les plus jeunes de témoigner de leur respect envers leurs aînés, en s’adonnant au pagmamano, pratique consistant à saisir la main de la personne plus âgée pour ensuite en presser le dos contre son front légèrement incliné. Les personnes âgées, de leur côté, profitent généralement de cette occasion pour offrir à leur descendants leurs derniers Aguinaldo de la saison, la plupart du temps de l’argent scellé dans des enveloppes richement décorées (similairement à ce qui a cours en Chine au moment du Nouvel An chinois).

Ces rituels observés le 25 décembre sont les derniers de la longue saison de Noël, qui ne prend toutefois véritablement fin que début janvier, à la reprise générale suivant la fin des congés de fin d’année. La vie reprend alors pour quelques mois son cours normal, avant que l’archipel ne rebascule finalement très vite, au sortir de l’été suivant, dans la frénésie de cette période particulière de l’année, décidément très chère au cœur de l’immense majorité des Philippins !

Dernière modification : 06/12/2016

Haut de page