Déclaration conjointe franco-philippine à l’occasion de la visite officielle en France du président Benigno S. Aquino III

JPEG - 49.9 ko
© Malacañang Photo Bureau

Déclaration conjointe du 20 septembre 2014

Le président de la République française, M. François Hollande, a rencontré le président des Philippines, M. Benigno S. Aquino III, le 17 septembre au palais de l’Élysée à Paris. Cette visite marquante du Président des Philippines en France a constitué un événement majeur dans les relations bilatérales franco-philippines.

Les présidents Hollande et Aquino ont eu un entretien amical et fructueux à l’occasion de cette première rencontre entre les deux chefs d’État. Ils ont réaffirmé l’importance de la poursuite du dialogue sur les questions de coopération bilatérale de même que sur les sujets d’intérêt régional et international, et ont chargé leurs gouvernements respectifs d’intensifier les échanges de haut niveau. Les deux chefs d’État ont également procédé à un échange de vues sur les questions internationales et globales actuelles.

Les deux chefs d’État ont pris acte avec satisfaction de la vigueur croissante et du dynamisme des rapports entre la France et les Philippines depuis l’établissement de relations diplomatiques il y a 67 ans. Ils ont réaffirmé que leurs relations bilatérales étaient fondées sur les valeurs communes de démocratie, de respect de la primauté du droit et d’attachement à la recherche de la paix, de promotion des droits de l’Homme et d’instauration de la justice sociale pour leurs peuples.

Les deux chefs d’État sont convenus de la nécessité de renforcer et de diversifier les relations entre la France et les Philippines. Ils ont accueilli avec satisfaction la signature d’accords par les deux parties lors de la visite du président Aquino.

En matière de défense, les deux chefs d’État se sont félicités de la signature prochaine de l’arrangement franco-philippin actualisé relatif à la coopération dans le domaine de la défense par MM. Jean-Yves Le Drian, ministre français de la défense, et Voltaire Gazmin, ministre philippin de la défense nationale. Ce texte qui reconduit l’accord de 1994 pérennise un cadre de coopération entre les administrations de la défense et les forces armées des deux pays, notamment dans les domaines des équipements de défense, de la logistique et des industries de défense.

Prenant acte des progrès notables accomplis par les Philippines en matière de gouvernance et de la remarquable vitalité de leur économie, de la présence accrue d’entreprises françaises aux Philippines ainsi que de leur intérêt partagé pour le développement et la croissance, les deux pays sont convenus d’envisager de nouveaux domaines de coopération économique, notamment en matière d’aéronautique, d’énergies renouvelables, de transports et d’infrastructures urbaines, d’agriculture, d’agro-alimentaire et de santé, de technologies de l’information et de la communication, et de services.

Notant le nombre croissant de visiteurs français aux Philippines et philippins en France et affirmant le rôle de ces échanges dans l’économie de leurs pays, les deux chefs d’État sont convenus d’étudier les moyens de promouvoir le tourisme bilatéral et de coopérer à cette fin. Ils attendent avec intérêt la mise en oeuvre du nouvel Accord franco-philippin relatif aux services aériens et le rétablissement de liaisons aériennes directes entre la France et les Philippines.

Les présidents Hollande et Aquino ont exprimé leur volonté commune de favoriser un engagement économique accru des deux parties à l’appui de la croissance dans les deux pays. Ils ont souligné l’importance que revêt la Commission économique mixte (CEM) réunissant leurs ministères respectifs pour définir des mesures concrètes afin de faire progresser les échanges commerciaux et les investissements bilatéraux. La CEM constituera un cadre qui permettra de débattre de sujets comme les obstacles aux investissements, l’environnement économique et la facilitation des échanges commerciaux, notamment pour les PME. L’identification de nouvelles opportunités d’activité économique devrait également figurer à son ordre du jour.

Les deux chefs d’État se sont déclarés favorables à la tenue de consultations politiques régulières entre leurs ministères des affaires étrangères offrant un cadre leur permettant de renforcer leurs relations et de procéder à des échanges de vues sur les questions régionales et internationales d’intérêt commun.

En ce qui concerne la paix et la sécurité internationales, les deux chefs d’État ont exprimé leur opposition à toute acquisition ou revendication, par la coercition ou par la force, de tout ou partie du territoire d’un État par un autre État, en violation du droit international et en particulier de la Charte des Nations unies. Ils ont souligné leur attachement au règlement pacifique des différends, conformément au droit international.

Les deux chefs d’État ont souligné l’importance du maintien de la paix et de la stabilité en Asie du Sud-Est et de l’action en faveur de la sécurité maritime, de la liberté de navigation et du règlement pacifique des différends conformément au droit international, notamment la Convention des Nations unies sur le droit de la mer. Ils ont fait valoir l’importance que revêtent la mise en oeuvre totale et effective de la Déclaration relative à la conduite des parties en mer de Chine méridionale et la conclusion rapide d’un code de conduite en mer de Chine méridionale afin de favoriser la paix et la stabilité dans cette partie du monde.

La France et les Philippines se sont engagées à agir en rapport étroit en vue d’adopter un nouvel accord applicable à tous lors de la 21e Conférence des parties (COP21) à la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques que la France accueillera en 2015. Elles ont souligné qu’il importait de poursuivre les efforts destinés à faire face aux changements climatiques, en poursuivant un objectif d’ensemble consistant à limiter l’augmentation de la température globale en-deçà de 2 degrés Celsius, et ont réitéré l’invitation faite aux parties qui souhaitent le faire à apporter leurs contributions prévues, définies au niveau national, à l’accord de 2015, d’ici à la fin du premier trimestre de 2015. Elles ont souligné l’importance de l’adaptation et des moyens de sa mise en oeuvre, en particulier pour répondre aux besoins et aux préoccupations des pays les plus vulnérables aux changements climatiques mentionnés dans la Convention.

Le président de la République française s’est félicité de la signature de l’Accord global sur le Bangsamoro et a exprimé l’espoir que la promulgation d’une Loi fondamentale du Bangsamoro confortera les bases de la paix et du développement dans le Sud des Philippines et en Asie du Sud-Est.

Les deux chefs d’État ont débattu des objectifs de l’Agence française de développement (AFD) qui appuiera l’action menée par les Philippines pour lutter contre les changements climatiques, préserver l’environnement et contribuer aux programmes et aux projets de développement durable aux Philippines, conformément aux priorités de développement du pays. Les deux pays poursuivront leur collaboration dans la coopération au développement par le dialogue et la négociation.

Rappelant les effets dévastateurs produits aux Philippines en novembre 2013 par le super-typhon Haiyan, le président Aquino a fait part de la gratitude du gouvernement et du peuple philippins pour la réaction prompte et généreuse du gouvernement, des organisations non gouvernementales, des entreprises et des particuliers français qui ont accordé leur aide et leur soutien aux victimes de ce cyclone.

Les deux chefs d’État ont exprimé l’intérêt qu’ils attachent à la poursuite du soutien de la France à la reconstruction et à la réhabilitation, comme l’a défini le gouvernement des Philippines.

Les deux chefs d’État ont reconnu l’importance de la Déclaration de Tacloban sur les suites du typhon Haiyan adoptée par l’ASEM pour la poursuite de l’action menée au niveau mondial en matière de réduction et de gestion des risques de catastrophe.

La France et les Philippines ont réaffirmé le rôle que jouent les échanges culturels pour favoriser le respect mutuel et la compréhension entre les peuples français et philippin. À cette fin, les deux chefs de l’État se sont félicités de la signature de l’Accord administratif de coopération culturelle 2014-2017.

Conscients du fait que les échanges interpersonnels, particulièrement entre les jeunes, sont prometteurs pour l’avenir des relations bilatérales, les deux chefs d’État sont également convenus d’envisager d’étendre et de renforcer la coopération dans les domaines de l’éducation, de la formation et des stages en partenariat avec les établissements d’enseignement supérieur, universités et autres entités appropriées en France et aux Philippines.

Dernière modification : 09/08/2017

Haut de page