EDITORIAL

Les entreprises françaises ont le vent en poupe aux Philippines comme l’illustrent les succès récents remportés par nombre d’entre elles dans les domaines de l’aéronautique, de l’énergie solaire, des transports urbains, ou de la santé pour ne citer que ces secteurs. Mais elles s’illustrent aussi par leur engagement citoyen aux côtés de la population philippine. La plupart ont développé au fil des ans des programmes de R.S.E. (Responsabilité Sociale et Environnementale) qui les conduisent à consacrer des budgets conséquents à des actions ciblées dans des domaines aussi divers que la santé, l’éducation, l’aide à l’enfance défavorisée, la protection de l’environnement, la reconstruction post cyclonique, ou la valorisation des cultures des minorités ethniques. Si ces initiatives existent dans la plupart des pays, une d’entre elles a un caractère unique. Initiée par l’ambassade de France pour coordonner l’élan de générosité survenu en 2013 au lendemain du typhon Haiyan, « France Philippines United Action » (F.P.U.A.) est en effet la seule fondation dans le monde créée par une Chambre de Commerce et d’Industrie Française.

Mobilisée autour de la construction de villages résilients aux catastrophes naturelles sur l’île de Cebu, dont le dernier a été inauguré récemment à Daanbantayan, F.P.U.A. a souhaité élargir le champ de ses interventions, d’où les trois missions que la Fondation - récemment incorporée et dotée d’une nouvelle équipe dirigeante- s’est désormais fixées : l’accompagnement de programmes de réhabilitation consécutifs aux catastrophes naturelles, l’aide à l’enfance défavorisée, et la santé.

Dans cette perspective, FPUA a vocation à jouer un rôle majeur dans trois domaines :

- la création d’une interface de premier plan entre les donateurs (entreprises, particuliers, fondations, etc.) et les O.N.G. françaises intervenant aux Philippines dans les domaines de l’action humanitaire ;

- la mise en place d’une plateforme de promotion du modèle français en matière de R.S.E. ainsi qu’un centre de ressources dans ce domaine ;

- la mise en œuvre de « l’agenda des solutions » dans le cadre de la COP 21, via la promotion de programmes innovants et durables participant à la lutte contre le réchauffement climatique.

F.P.U.A. n’a ni l’ambition ni la mission d’être le seul acteur dans ces domaines. Nombre d’entreprises, notamment les plus grandes, disposent de leurs propres fondations. En revanche aucun organisme, qu’il soit public ou privé, n’a la capacité d’incarner aussi bien que F.P.U.A. la dynamique de groupe qui rendra l’action humanitaire de la France aux Philippines encore plus visible et efficace pour le plus grand avantage des bénéficiaires mais aussi de tous les contributeurs. C’est la raison pour laquelle j’invite tous ceux que la solidarité avec les Philippines mobilise à se rapprocher de F.P.U.A. (www.frenchunitedaction.ph) pour examiner les possibilités de coopération : contributions financières pour les uns, perspective de subventionnement pour les autres, co-financements de projets ou partenariats divers.

L’ambassade prendra plusieurs initiatives dans les semaines et les mois à venir pour accompagner la montée en puissance de F.P.U.A.. A ce stade, la priorité est à la mobilisation des forces vives françaises. A terme une plus grande ouverture vers les partenaires philippins sera également recherchée. Une étape importante vient d’être franchie dans ce domaine avec la désignation au poste de président –Chairman- d’une personnalité philippine éminente du monde des affaires, M. Antony Samuel Tantoco Huang. Nul doute que F.P.U.A. est amenée à devenir un acteur majeur du partenariat franco-philippin qui célèbrera en 2017 le 70ème anniversaire de la relation diplomatique entre les deux pays, occasion de valoriser le caractère unique de cette fondation.

Thierry MATHOU
Ambassadeur

Dernière modification : 08/04/2016

Haut de page