EDITORIAL

Chers compatriotes,

Depuis plusieurs années déjà la France est engagée de manière active pour lutter contre les effets du dérèglement climatique et pour mobiliser la communauté internationale dans la poursuite de cet objectif. De cet engagement est notamment née la dynamique qui a conduit à la conclusion historique le 12 décembre 2015 de l’Accord de Paris sur le climat, premier accord international jamais conclu sur ce sujet, et instrument indispensable de l’amorce d’une lutte efficace et solidaire contre ce défi qui menace notre planète. Car en effet, le défi du dérèglement climatique nous concerne tous, quel que soit l’endroit où nous habitons, et appelle à une action collective guidée par le principe de solidarité.

Dans cet esprit, la France a développé avec les Philippines un partenariat étroit sur les questions environnementales et climatiques : ayant pris son essor en 2015 au moment de la préparation de la Conférence de Paris, de la visite d’Etat du Président Hollande aux Philippines et du lancement à cette occasion par les Chefs d’Etat français et philippin de « l’Appel de Manille à l’action pour le climat », ce partenariat continue depuis lors de se renforcer, de se diversifier et de trouver à s’incarner dans des initiatives concrètes. Ainsi, l’AFD a engagé aux Philippines des prêts d’un montant total de 360 millions d’euros, pour promouvoir le renforcement des capacités des collectivités territoriales en matière de réduction et de gestion des risques de catastrophes naturelles, le développement de transports urbains propres, un développement économique et social préservant les écosystèmes, à travers notamment le projet Renaissance à Mindanao. De son côté, le FFEM (Fonds Français pour l’Environnement Mondial) contribue pour 1,5 millions d’euros à la promotion sur l’île de Panay d’un projet de restauration des zones côtières par articulation et restauration des infrastructures grises (digues) et vertes (mangroves). Les entreprises et les ONG françaises sont également engagées dans de nombreux projets concrets, tant pour contribuer au développement aux Philippines des énergies renouvelables que pour aider les populations victimes de catastrophes naturelles : peuvent notamment être mentionnés à cet égard les programmes de reconstruction de logements pour les populations victimes du supertyphon Haiyan de 2013 menés à bien à Guiuan par l’ONG ACTED et en plusieurs sites du nord de l’île de Cebu par FPUA (France-Philippines United Action), la fondation des entreprises françaises implantées aux Philippines. A l’émotion d’avoir partagé la joie des populations relogées lors de l’inauguration des maisons de Guiuan le 6 octobre dernier répond l’impatience de procéder à l’inauguration de celles du site de Bogo le 2 décembre prochain.

Dans l’intervalle, l’Ambassade a saisi l’occasion de la tenue à Manille du 23 au 28 octobre de la 12ème conférence des Parties à la Convention sur la conservation des espèces migratrices (CMS-COP12) et de la venue de l’environnementaliste et réalisateur Yann Arthus-Bertrand, pour continuer d’œuvrer à la sensibilisation du grand public philippin aux enjeux climatiques et environnementaux, en co-organisant avec le ministère de l’Environnement et des Ressources naturelles des Philippines, en coopération avec SM Supermalls, la projection de son film « Terra », un documentaire sur la biodiversité de la planète et les menaces que fait peser sur elle l’activité humaine. Au cours de cette conférence, la France a également marqué l’importance qu’elle attache à la protection de la biodiversité, en signant, à la suite de nombreuses nations du Pacifique, la déclaration sur la protection des baleines de l’Océan Pacifique.

Engagée de manière concrète aux Philippines et dans la région, la France demeure également active sur la scène internationale, à travers la prise d’initiatives qui visent à avancer dans la mise en œuvre concrète de l’Accord de Paris, et, plus largement, à entretenir la mobilisation et la solidarité internationales face au défi climatique.

Ainsi, le Président de la République a lancé le 19 septembre 2017, devant l’Assemblée générale des Nations unies, le « Pacte mondial pour l’Environnement », dont l’objectif est de conduire à l’adoption d’ici à 2020 d’un accord acceptable par les gouvernements du monde entier, juridiquement contraignant et de portée générale, rassemblant dans un texte unique les grands principes fondamentaux du droit international de l’environnement, sur la base des accords et déclarations déjà existant, en favorisant leur mise en œuvre concrète. En outre, le Chef de l’Etat a également annoncé la tenue le 12 décembre prochain à Paris, exactement deux ans après l’adoption de l’Accord de Paris, d’un nouveau Sommet, dont l’objectif premier sera d’accroître la mobilisation des acteurs non-étatiques (collectivités locales, entreprises, ONG, scientifiques) ainsi qu’à haut niveau politique en faveur d’une action climatique ambitieuse et véritablement à même de garantir que soit effectivement atteint l’objectif acté dans l’Accord de Paris d’une limitation du réchauffement climatique à +2°C. Co-organisé avec la Banque Mondiale et les Nations Unies, ce Sommet s’inscrit dans un moment clé de l’agenda international du climat, dans le prolongement de la COP23 qui se tiendra ce mois-ci à Bonn et de la première réunion de l’Alliance solaire internationale à New Delhi le 9 décembre, et vise à y apporter une contribution complémentaire, en travaillant notamment à mobiliser les flux financiers publics et privés en faveur de projets concrets et innovants qui garantiront la transition écologique dans tous les pays.

L’Ambassade, au côté de ses partenaires institutionnels et de la société civile philippins, est dans ce contexte plus que jamais mobilisée pour que les Philippines, troisième pays le plus vulnérable au monde aux effets du dérèglement climatique, prennent toute leur part à cet effort global et tirent le meilleur parti de la dynamique internationale ainsi impulsée par notre pays pour recevoir l’assistance qui leur est nécessaire pour faire efficacement face au défi climatique.

Laurent Le Godec
Chargé d’affaires a.i.

Dernière modification : 08/01/2018

Haut de page