L’âge d’or des infrastructures

Le programme ambitieux annoncé par le gouvernement philippin sur le développement des infrastructures du pays représente une bonne opportunité pour les entreprises français.

Conscient de la faiblesse de l’investissement dans le pays, le gouvernement philippin souhaite aujourd’hui ouvrir un « âge d’or des infrastructures ».

La première priorité est Manille qui souffre d’un engorgement chronique lié aux embouteillages. Dans une déclaration récente, le président philippin expliquait que « la ville souffre vraiment aujourd’hui d’un manque de mobilité, il y a une totale absence d’infrastructures » et parlait d’une capitale « en décomposition ».

Selon une étude de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA), l’impact négatif sur l’économie des embouteillages à Manille représenterait environ 4% du PIB national. Face à cette situation, la solution passera probablement par le développement du nord de Luzon et on observe une réelle volonté du gouvernement de connecter Manille à Clark et Subic Bay, deux anciennes bases militaires américaines, afin de donner une bouffée d’oxygène à la capitale.

JPEG

D’une manière générale, le niveau d’engagement souhaité par le gouvernement est de 160 milliards d’euros pour 5 000 projets repartis sur l’archipel. Il y a effectivement urgence car les Philippines se classent 95ème sur 138 pays pour les infrastructures et en dessous de la moyenne de l’ASEAN.

La Chine et le Japon se sont déjà positionnés et devraient se tailler la part du lion. Lors de sa visite aux Philippines du 16 au 19 mars 2017, le vice-Premier ministre chinois Wang Yang a déclaré que les infrastructures étaient la principale priorité du gouvernement philippin et le domaine prioritaire de coopération, rappelant que la Chine était prête à participer à la construction de routes, de voies ferroviaires, d’aéroports, de ports et de ponts aux Philippines.

De leur côté, les entreprises françaises sont nombreuses à se positionner dans le transport urbain, le portuaire, le ferroviaire, et l’aéroportuaire. Début avril, M. Arthur P. Tugade, ministre des transports aux Philippines, se rendra en France. Cette visite devrait permettre des avancées significatives sur de nombreux projets.

Le potentiel frein principal à une avancée rapide de ce programme ambitieux d’infrastructures est lié à la capacité de mise en œuvre des ministères techniques, le nombre et la taille des projets à réaliser nécessitant des moyens humains très importants.

Dernière modification : 10/04/2017

Haut de page