La science comme vecteur d’intégration régionale

Les 30 et 31 mai, l’Université de Malaya à Kuala Lumpur a accueilli le séminaire scientifique annuel BIO - STIC Asie 2016. A cette occasion, plus de 130 chercheurs et partenaires de France et d’Asie se sont rencontrés autour de présentations scientifiques dans les domaines de la biodiversité et des ressources naturelles (BIO) et des sciences et technologies de l’information et de la communication (STIC).

PNGCes programmes ont une double nature : à la fois mécanismes de financement et réseaux de scientifiques, STIC et BIO sont des initiatives du Ministère français des Affaires étrangères tout particulièrement orientées sur l’Asie. Ils visent à susciter et renforcer les coopérations scientifiques de haut niveau et les collaborations de chercheurs en matière de recherche et développement pouvant avoir des applications dans des domaines variés : la biodiversité, les biotechnologies, la biochimie, l’agroalimentaire, l’agronomie, la chimie verte, le biomédical, la santé, la pharmacie, la nutrition, la sécurité alimentaire, la gestion des risques naturels, les énergies renouvelables, etc.

Pour être sélectionné et bénéficier d’un financement, un projet de recherche doit réunir un chercheur français et deux chercheurs issus de pays de l’Asean et/ou d’Asie. Depuis sa création en 2004, le programme STIC-Asie a soutenu 52 projets et 305 scientifiques. Bio-Asie, lancé en 2008, a soutenu 27 projets portés par 116 chercheurs.

En 2015, pour la première fois, le séminaire régional STIC Asie s’était tenu aux Philippines, sur le campus de Los Baños, à la périphérie de Manille. Organisé par l’Ambassade de France en lien avec la Délégation régionale de coopération et en partenariat avec le South East Asian Regional Center for Graduate Study and Research in Agriculture (SEARCA), l’Université des Philippines Los Baños (UPLB) et l’Institut International de Recherche sur le Riz (IRRI), cette édition philippine avait réuni pendant deux jours plus de 80 chercheurs venant de France et de quinze pays différents d’Asie.

JPEG

De manière générale, la participation croissante de chercheurs philippins à ce rendez-vous scientifique régional démontre leur volonté d’accroître et de renforcer leurs actions de coopération avec les instituts de recherche français. Cette année, sept chercheurs venant des grandes universités de Manille et de province ont ainsi été sélectionnés par le comité scientifique du séminaire pour présenter à Kuala Lumpur les résultats de leurs recherches sur les thèmes des villes vertes, des énergies renouvelables et de la santé.

Dernière modification : 06/06/2016

Haut de page