Voyage au centre de la terre

L’observation de l’état de survenance des séismes et des éruptions volcaniques est une préoccupation majeure aux Philippines. La prise en compte de cette réalité géologique reste indispensable pour créer les conditions favorables au développement de ce pays.

JPEG

Les 53 volcans en activité aujourd’hui et les failles géologiques importantes sont étroitement surveillés par un organisme d’Etat le PHIVOLCS (Philippines Institute of Volcanology and Seismology). Le service de coopération de l’Ambassade de France y a rencontré récemment son directeur René Solidum.

Cette visite a permis de faire le point sur le travail commun effectué par nos deux pays notamment à travers la surveillance du volcan Taal en liaison avec l’Observatoire de Physique du Globe de Clermont – Ferrand. A partir de ce cas particulier, en visitant toutes les salles d’observation, équipées d’un matériel de haute technicité et dotées d’écrans de toute taille, un tableau complet des méthodes employées a été dressé.

D’abord, la surveillance terrestre qui joue un rôle primordial et permet de contrôler les paramètres géophysiques et géochimiques dont on sait qu’ils varient avant une éruption volcanique. Divers moyens sont alors mis en œuvre : surveillance sismique, stations de géolocalisation et de navigation par un système de satellites (GNSS), géodimètre automatisé, radar Doppler, surveillance des émissions de gaz et enfin les analyses géochimiques de la lave. Nous avons pu voir en direct grâce aux Webcams, placées au sol pour l’observation volcanologique, la situation en temps réel de chaque volcan observé.

La visite de ce centre permet également de faire le point sur les techniques de télédétection, les satellites qui permettent de surveiller l’état des volcans. En libérant des gaz et des particules dans l’atmosphère, ils se déforment avant et pendant les éruptions et ils affichent des signes précurseurs, contrairement aux séismes. Souvent, l’activité volcanique est associée à un processus sismique (séisme, raz de marée) ou géomorphologique (glissement de terrain, coulée de boue).

Grace à l’ouverture de ce type de centre et la coopération active entre nos deux pays, la prédictibilité de tous ces phénomènes a fait des progrès importants, même si l’impondérable est monnaie courante dans ce domaine. Les mesures préventives que le PHIVOLCS met en place pourront sans doute en réduire les conséquences, sans en supprimer totalement les effets négatifs pour le développement du pays.

Dernière modification : 08/01/2016

Haut de page